Hommage à M. Delépine

Affiche électorale d'Edouard Delépine. Elections municipales du Robert - Mars 1989 - 8 Fi 81

Ami des Archives, Edouard de Lépine qui vient de nous quitter, mieux que tout autre mérite ce titre. Non seulement parce qu’il a été de 1998 à 2008 le président de la Société des Amis des Archives de Martinique, puis le président d’honneur, mais surtout parce que toute sa vie, il a attaché une grande importance à la conservation des documents qui nous donnent accès à une meilleure compréhension de notre Histoire.

Il aimait à se définir comme « un militant, secondairement un professeur d’histoire, à l’occasion un historien amateur ». Si effectivement il était un des derniers militants de la gauche martiniquaise, c’est bel et bien un homme politique qui a formé et initié à la politique plusieurs générations de femmes et d’hommes.                                                                                                      

Et c’est aussi un des plus grands historiens Martiniquais qui déclarait, dans un article publié en 1988 dans la Nouvelle Revue des Antilles (n°2, p 24), que « La première démarche est celle de l’historien qui cherche à cerner une vérité qu’il sait d’avance relative, parce qu’à tout prendre … il se trouvera toujours, ou presque toujours, quelques éléments nouveaux pour donner un autre éclairage et parfois une autre dimension au fait le mieux vérifié, .... Et puis, il faut bien le dire, … quel qu’effort qu’il faut qu’il fasse pour s’arracher à son temps, l’historien en est toujours plus ou moins le prisonnier, même quand il peut avoir le sentiment d’être parvenu à une objectivité rigoureuse. Son objectivité reste toujours en grande partie déterminée par l’échelle des valeurs de la société dans laquelle il vit au moins autant que par celle de la période qu’il étudie. Or il arrive, plus souvent qu’on ne l’admet que ses valeurs changent de signe en changeant d’époque.»

Dans son dernier livre publié en 2016, Nous sommes des nains sur les épaules d’un géant Aimé Césaire, il explique son itinéraire politique. Une analyse sans complaisance pour lui-même et pour la Martinique que les jeunes générations devront lire pour comprendre la vie politique de la Martinique de la fin du XXe siècle au début du XXIe siècle.                                                              

Annick FRANCOIS-HAUGRIN

Présidente de la Société des Amis des Archives

14 août 2020